vendredi 31 décembre 2010

2010 tire sa révérence

Voilà, c'est fini! 2010 va nous quitter dans quelques heures et elle pourrait nous chanter:



avec la voix d'un des premier crooner français Jean Sablon.

Et il est temps de faire un petit retour sur cette année. Et autant le faire en classement:

Du côté séries:

5/Doctor Who/ Being Human


Ces deux séries britanniques sont mes deux découvertes de l'année et je les adore. Doctor Who est devenue une institution en GB mais je la découvre réellement maintenant. Et même si j'ai pris la série en cours de route: à la saison 4 pour être précis), j'ai tout de suite aimé le duo Doctor/Donna. Et les épisodes spéciaux m'ont également bien plu. Que dire, j'adore Doctor Who et j'espère que cela va durer.
En ce qui concerne Being Human, j'ai découvert cette série britannique cette année aussi et j'ai tout de suite accroché (pourtant, je ne suis pas très vampire/Loup-garou/Fantôme mais ce trio m'est devenu sympathique de suite). J'ai aimé la manière dont les créateurs ont su traiter le sujet de ces créatures fantastiques. Comme quoi, les anglais sont les plus originaux en matière de séries (la preuve, les américains n'arrêtent pas de les remaker avec moins de succès (Life on Mars for example) et prochainement Being Human va connaitre son remake) et j'en ai beaucoup d'autres à découvrir.

4/Supernatural


J'aurai mis le temps mais j'ai enfin regardé cette série. Et j'ai de suite accroché. J'aime l'humour de Dean et la mythologie de la série qui se met en place.




3/Friday Night Lights/ Southland


Friday Night Lights reste une de mes séries préférées et cette saison 3 ne m'a pas déçue. Elle reste l'une des séries la plus juste sur l'adolescence et le couple Taylor est le plus beau couple de séries qui existe.
J'ai découvert Southland également cette année et cette série policière a su me charmer de suite, de par sa narration et ses personnages. C'est un peu le "Urgences" version flics (c'est d'aillers produit par John Wells, producteurs de Urgences et New York 911).

2/Mad Men


La saison 3 fut sensationnelle! J'aime cette série pour l'époque, pour New York, pour l'esthétisme de la série. Tout dans cette série est magnifique. Et l'épisode sur la mort de Kennedy reste un très grand moment. Et le final de la saison nous promet des changements dans une saison 4 qui sera tout aussi grandiose que les autres saisons, j'en suis sûr.

1/Brothers & Sisters


Je pense que j'ai dit tout le bien que je pensais de cette série ici.
Je rajouterai juste: Vive les Walker!

Côté ciné:

5/ Une éducation











4/Shutter island


J'ai aimé le livre et le film de Scorcese avec DiCaprio m'a vraiment fait frémir. J'ai aimé de bout en bout.






3/L'arnacoeur











2/Inception













1/Les petits mouchoirs












Côté Littérature:

Là, j'ai fait exploser le compteur de mes lectures avec 82 livres lus cette année. Je crois que c'est la première fois que je lis autant. Et dans toutes ces lectures lesquelles retenir:
(Pour cette partie là, je ne fais pas de classement. Ils son juste dans un ordre chronologique qui va de janvier à décembre)

-Le livre de Joe: Jonathan Tropper (J'ai ri et j'ai pleuré avec ce livre. Un livre sympathique que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire)
-Blonde: Joyce Carol Oates (l'une des plus grande claque littéraire que je me suis pris cette année. Oates fait maintenant parti des auteurs que j'affectionne et qui m'époustoufle à chaque lecture)
-Un minuscule inventaire/ Juke Box: Jean Philippe Blondel (un auteur découvert cette année et que j'adore. Maintenant, il me faut toujours un Blondel dans ma PAl)
- Juliet Naked: Nick Hornby (un auteur que j'aime lire et qui m'a enthousiasmé avec ce Juliet Naked).
- Chronique d'un été: Patrick Gale (le livre qui m'a peut être le plus touché cette année)
- En attendant Babylone: Amanda Boyden (ce livre m'a charmé, enthousiasmé, fait peur par moment. C'est un beau moment de vie. une très belle découverte)
-Le secret de Jasper jones: Craig Silvey (un roman fascinant qui m'a fait découvrir un pays l'Australie)
-Un bûcher sous la neige: Susan Fletcher (un roman qui m'a donné des envies de voyage. Et puis, cette nature si bien décrite par l'auteur, qu'on la sens tout autour de nous. Et Corrag que je n'oublierai pas de sitôt)

Et côté classiques:
-Rebecca: Daphné du Maurier (une très belle plume et un roman mystérieux et fascinant)
- La Reine Margot: Dumas (qui m'a redonné envie de lire ce grand auteur. Quel souffle romanesque)
- Jane Eyre: Charlotte Brontë (Une très belle histoire!)
Sarn: Mary Webb (un auteur que je ne connaissais pas et qui est à (re)découvrir)


Voilà une année bien remplie. Et j'espère que 2011 va être aussi riche en séries, cinéma et lectures. Mais aussi en découvertes. Car il n'y a rien de mieux que la découverte qui embellie la vie.

Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter une


lundi 27 décembre 2010

Pleins de cadeaux sous le sapin...mais je n'ai pas été oublié pour my birthday

Voilà, Noël est passé et le Papa Noël n'a pas oublié mon petit soulier et m'a gâté comme c'est pas permis.

Il m'a offert des vêtements (un beau manteau, deux belles chemises qui me serviront pour mes concerts (cool) et un pull qui me tiendra chaud contre le froid polaire (il manque plus que les esquimaux et les ours polaires et on est au pôle nord) (ça se voit que j'exagère un peu? Mais que voulez-vous, je n'aime pas avoir froid et je suis frigorifié depuis ce matin) qui s'est installé sur la France depuis hier.

Mais il m'a aussi apporté des DVDs:



Shutter Island, qui fut l'un de mes coups de coeur ciné de cette année.
Very Bad Trip que j'avais loupé au ciné et qui me faisait envie après avoir vu la bande annonce. Ça tombe plus que bien




Quand j'ai vu ce coffret sous le sapin, j'ai pratiquement poussé un Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii! L'arnacoeur fut également un de mes coups de coeur de cette année qui m'avait fait passer un super moment au ciné. Et le voir couplé avec Dirty Dancing, film culte de toute une génération que je n'ai vu qu'une fois (j'ai honte!) je trouve ça super. Je vais pouvoir me les regarder en boucle. Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!



Mais ce n'est pas tout. (Enfin pour Noël, c'est tout). Mais aujourd'hui, c'est mon anniversaire et j'ai été plus que gâté. Pas moins de 14 livres (!) vont venir grossir ma PAL.




Les livres que m'ont offert mes parents:
Eleanor Rigby: Douglas Coupland (je ne connais pas l'auteur mais j'avais été attiré par le titre de ce livre faisant référence à une chanson des Beatles (groupe que j'adore!)
Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles: Gyles Brandreth (J'ai lu beaucoup de bien de ce livre sur la blogosphère et parce que le héros est Oscar Wilde, un auteur que j'apprécie alors le voir en héros de roman, je demande à voir)
La fille du capitaine: Pouchkine (parce qu'un petit classique ça ne fait pas de mal.Et pour découvrir la littérature russe avec un autre auteur, (Crîmes et châtiments de Dostoïevski trainant dans ma PAL) c'est super.
Terre des oublis: Duong Thu Huong (livre découvert sur la blogosphère et qui me tentait beaucoup depuis plusieurs mois. Un petit parfum d'Asie pour un voyage qui s'annonce superbe, je le sens)




Les livres offert par mon frère et ma belle-soeur:
Malataverne et La révolte à deux sous: Bernard Clavel (j'ai lu, il y a deux ans la quadrilogie La grande patience du même auteur que j'avais beaucoup aimé. Ce sera un plaisir de continuer la découverte de cet auteur avec ces deux titres)
Le Maître du Haut Château : Philip K. Dick (pour m'essayer à la SF et pour découvrir cet auteur et ce roman qui m'intriguent et me font envie depuis longtemps)
Les déferlantes: Claudie Gallay (un autre roman découvert sur la blogosphère et qui me tentait depuis quelques mois. C'est fou ce qu'on peut faire comme découvertes sur la blogo littéraire)




Les livres offert grâce à une carte cadeau:
Eux: Joyce Carol Oates (J'ai envfin pu m'offrir ce roman que je voulais depuis le mois de juin. Oates est une auteur que j'apprécie énormément et je suis heureux que ce livre rejoignent les autres dans ma PAL)
Le fer et le feu: Bruce Alexander (Le 1er tome des aventures de Sir John est dans ma PAl et celui ci est le 2e. Je suis donc heureux de l'avoir eu car ils sont difficile à trouver ces livres. En espérant que je trouve les autres. J'aime les polars historiques et je pense que Sir John saura me plaire)
Amok: Stefan Zweig (il tombe à pic celui là pour le challenge des auteurs morts (que je vais adorer me taper l'année prochaine). moi qui voulait découvrir cet auteur, ce livre sera parfait. Surtout qu'il y a "Lettre d'une inconnue" à l'intérieur également, que je voulais lire. Parfait!)
Maurice: E.M. Forster (Depuis le temps que je le cherchais, il est enfin en ma possession. J'avais voulu voir le film sur Arte mais je l'ai manqué, (comme souvent puisque je regarde rarement le programme télé). Alors quand j'ai vu cet exemplaire chez mon libraire, j'ai sauté dessus!)
La cathare: Peter Berling (il m'a fait de l'oeil et je l'ai saisi, lu la 4e de couverture et j'ai été séduit par ce résumé. Donc dans la musette!)
Nord & Sud: Elizabeth Gaskell (parce que c'est une lecture victorienne qui me faisait envie depuis un an. La réédition points tombait à pic!)

Enfin, j'en ai fini. Bon, maintenant, il va falloir régler le problème de place. Car c'est bien beau de vouloir des livres mais il faut pouvoir les ranger ensuite! Misère! Enfin, je suis paré pour les mois à venir. L'hiver peut être rude, je m'en fiche. Je serai bien calé au chaud sous la couette avec un bon livre. Elle est pas belle la vie!

dimanche 26 décembre 2010

Dans l'antre de la folie


Résumé: Pour Jean Lacombe, interné bien que sain d'esprit à l'hôpital psychiatrique de Melun, l'arrivée du docteur Georges Roch est un signe d'espoir. Adepte d'une médecine nouvelle et de l'hôpital ouvert , celui-ci mène un combat d'avant-garde pour humaniser l'asile et changer la vision traditionnelle de la folie. Colette, la femme de Jean, se passionne à son tour pour l'oeuvre de Roch et lui offre son aide. Mais comme tout novateur, Roch a des ennemis acharnés et puissants, qui peuvent non seulement paralyser l'action entreprise, mais aussi faire obstacle à la libération de Jean... Ce dernier volume des Hommes en blanc, best-seller de l'après-guerre, pose le délicat problème de l'internement des malades mentaux. A travers des personnages vivants et attachants, il nous donne du monde médical une peinture qui demeure profondément actuelle.

Mon avis: Pour une fois, je pense que je vais faire court. Avec ce 4e tome, je fini de lire la sage d'André Soubiran sur le monde médical. Enfin dirais je, car les 4 livres trainaient dans ma PAL depuis dix ans.
Il s'est passé 6 mois entre ma lecture du 3e tome et celui ci, mais cela ne m'a pas gêné pour une raison très simple: ce livre est déconnecté des trois autres. Ce sont des personnages différents, et un univers également différent. Alors pourquoi fait il partie de la saga? Il est simplement là pour compléter la vision que voulait donner l'auteur du monde médical.
Et j'ai été désappointé par ce livre. Je ne pensais pas que Jean Nérac (héros des trois premiers romans) allait me manquer à ce point. Et Jean Lacombe est un personnage qui ne m'a pas trop touché.
Déjà, j'ai eu du mal avec lui car il se trouve dans un asile de fous alors qu'il ne l'est pas. Il est juste là parce que son avocat a tout fait pour qu'il évite la prison en le faisant passer pour fou. Je trouve ça malsain, surtout que c'est lui qui raconte l'histoire par son journal intime. Bon, je sais bien que l'auteur voulait un personnage sain d'esprit pour nous montrer la vie dans un asile mais j'aurai préféré que ce soit par un médecin ou un infirmier. Mais pas lui.

L'auteur donne en revanche une vision horrible mais très juste des hôpitaux psychiatriques et des traitements infligés aux malades à cette époque (ce livre a été écrit dans les années 50)(J'espère qu'ils ont fait des progrès depuis): les électrochocs, les médicaments qui abrutissent, les mauvais traitements infligés par les infirmiers et l'administration qui ne s'intéressent pas à ces fous qu'on enferme pour les oublier peu à peu. J'ai été très mal à l'aise et j'ai eu un moment de claustrophobie à l'intérieur de cet hôpital. Ce huis-clos est devenu oppressant pour moi.

Le style de l'auteur était aussi un peu difficile à lire et j'ai un peu décroché surtout quand il employait des termes médicaux un peu trop techniques. Je suis tout de même allé au bout de ce roman pour avoir le fin mot de cette histoire. Je voulais surtout savoir pour quelles raisons Jean a été enfermé dans cet asile. Et j'ai eu peur que l'auteur ne me la donne pas cette explication. Mais il l'a fait dans les dernières pages. Jean était là parce qu'il aurait commis un meurtre. sauf que je ne sais pas au final s'il est innocent ou coupable. Ce n'était pas le propos certes mais j'aurai bien voulu savoir.

Pour conclure, ce fut un roman déroutant, oppressant que je suis heureux d'avoir lu et fini. Je boucle ainsi la saga médicale de Soubiran. Mon objectif est donc atteint: j'ai réussi à tout lire cette année. Par contre, je pense que la lecture de ce 4e tome aurait été moins déprimante cet été. Parce qu'en hiver, lire une histoire qui se déroule dans un asile de fous, c'est pas la joie.

André Soubiran: Au revoir Docteur Roch! (Les Hommes en Blanc Tome 4), Le Livre de Poche, 476 pages, 1999

It's coming on Christmas

Le slow qui tue de la semaine se met au diapason de Noël et est devenu un classique repris par plusieurs intérprètes comme Sarah McLachlan ou Robert Downey Jr.
Je vous propose la version originale:

Joni Mitchell: River



J'ai découvert cette chanson dans Ally McBeal, chantée par Robert Downey Jr et elle s'est rappelée à moi il y a deux semaines avec un épisode de Brothers & Sisters, (celui de Noël). La chanson terminait l'épisode. Je la trouve magnifique.

Et un petit bonus parce que c'est Noël



Bonne écoute!

vendredi 24 décembre 2010

Joyeux Noël! (Le retour)



I Wish you a Merry Christmas! I wish you a Merry Christmas! I wish you a Merry Christmas and (Pour la bonne année on va un peu attendre. Ne brûlons pas les étapes).

Comme c'est Noël, j'ai prévu pour vous un petit cadeau. Vous savez que j'aime les séries. Ce que j'aime aussi dans les séries, ce sont les bêtisiers.
L'année dernière, ce sont les Walker qui ont eu le plaisir de vous faire sourire.


Cette année, ce sont les frères Winchester qui s'y collent!


ils sont y pas mignons tout plein!











(petite précision: les coups de klaxons qu'on entend sont justes là pour masquer les petits mots gracieux comme shit (for example!))

Passez de très bonnes fêtes!

jeudi 23 décembre 2010

The life is a Musical

Vous connaissez tous ma passion pour les Comédies Musicales. Mais j'ai vraiment découvert ce genre cette année en visionnant plusieurs films musicaux. Je n'ai fait aucun billet sur ces comédies (sauf Across the universe). Mais je compte bien me rattraper l'année prochaine.

L'année 2011 sera pour moi Musicals ou ne sera pas car j'ai décidé de regarder plusieurs films de ce genre et vous faire profiter de mes petites découvertes (ou vous les faire découvrir et donner envie).

Ce sera mon challenge 2011 à moi! Mais si certains d'entre vous veulent me suivre, il n'y a pas de soucis: vous pouvez! Vous me l'indiquez juste dans les commentaires ci dessous (et un petit billet sur votre blog).

Le but de ce challenge sera très simple: regarder le plus de comédies musicales possible et faire un billet sur ces films . Tout simplement!

Le challenge commence le 1er janvier 2011 et se terminera le 1er janvier 2012.

Je vous mets une (petite mais déjà conséquente) liste de musicals

West side story
Chantons sous la pluie
La mélodie du bonheur
Un américain à Paris
Chicago
Tous en scène
Un jour à New York
Haute société
Hello Dolly
Le magicien d'Oz
Le chant du Missouri
Une étoile est née
Parade de printemps
Mariage royal
Brigadoon
Les 7 voleurs de Chicago
Gigi
Blanches colombes et vilains messieurs
Match d'amour
Can-can
Escale à Hollywood
Chitty Chitty Bang Bang
Mary Poppins
Le roi et moi
Un violon sur le toit
Fame
Accross the universe
Moulin Rouge
Nine
Dancer in the dark
New york New York
Camelot
les demoiselles de Rochefort
Mamma Mia
Le destin
Hairspray

...

Ah, j'ai oublié de vous montrer les beaux logos qui habillent ce challenge:






Vous choisissez celui que vous voulez!
En ce qui me concerne, j'essaierai de les faire alterner.

Bon maintenant, y' a plus qu'à!

"I'm singin'in the rain
Just singin' the rain..."

C'est décidé! En 2011, moi aussi je me tape des auteurs morts!

Non, ne partez pas en vous disant: ce type est dingue, il tombe carrément dans la nécrophilie.
Je vous explique: tout d'abord, l'idée n'est pas de moi mais de notre formidable et complètement Bar... euh Géniale Fashion qui a eu une envie soudaine de se taper des auteurs morts l'année prochaine. Et comme c'est une fille qui aime partager, elle en à fait un challenge pour en faire profiter les coupines et les coupains!



Si vous voulez en savoir plus: c'est par ici que ça se passe!

Le but est de lire le plus de romans d'auteurs morts. Mais pour pimenter la chose, il y a des petites contraintes (sinon, ce serait moins drôle n'est il pas?)

Et j'ai fait une petite liste (qui risque de bouger car je suis un garçon changeant en ce qui concerne mes envies de lectures) mais je les mets à titre indicatifs:

Un auteur mort d'une façon particulière: J'ai choisi Zola car je compte bien lire les Rougon-Macquart, l'année prochaine. J'ai déjà La Fortune des Rougon dans ma PAL.

Un auteur mort par suicide: Là, j'ai choisi un auteur que je n'ai jamais lu mais dont j'entends parler depuis un an sur la blogo et qui titille ma curiosité: Stefan Zweig. Je ne sais pas encore quel roman. Peut être Le voyage dans le passé.

Un auteur mort avant 35 ans: J'ai choisi Alain Fournier avec Le grand Meaulnes.

Un auteur enterré à Paris: Là, sans hésiter, Oscar Wilde et son Portrait de Dorian Gray qui traine dans ma PAL depuis un an et que je n'arrive pas à déloger de cette dernière. Ce sera une bonne occasion.

Voili, voilou.

Alors, qui parmi vous oseras nous rejoindre?

En tout cas, je sens que l'année 2011 va être mortelle! (OK! je sors!)

dimanche 19 décembre 2010

Une nuit sur son épaule

Le slow qui tue de cette semaine est une chanson magnifique de Véronique Sanson. J'aime beaucoup Véronique Sanson et beaucoup de ses chansons me parlent.
Et j'ai tellement aimé son duo avec Marc Lavoine que c'est cette version que je vous fais partager:

Véronique Sanson & Marc Lavoine: Une nuit sur son épaule



Bonne écoute!

Quand deux chemins s'offrent à vous, lequel prenez vous?


Résumé: Le jour où Irina accepte de dîner seule avec Ramsey Acton, célèbre joueur de snooker, elle ne se doute pas que sa vie va basculer. Qu'un instant d'hésitation va mettre son couple en question. Et que la routine de sa confortable existence londonienne va voler en éclats.
Car, contre toute attente, ce dîner avec Ramsey se révèle très agréable. À tel point qu'à la fin de la soirée Irina se trouve prise d'une folle envie de l'embrasser...

Autour du dilemme d'une femme à un tournant de sa vie, un roman double fascinant de lucidité et d'intelligence, qui trouvera sa cohérence dans un final poignant.


Mon avis: J'adore faire de nouvelles découvertes de nouveaux auteurs et c'est grâce à un partenariat entre les Editions Belfond et Livraddict que j'ai découvert la plume de Lionel Shriver (qui comme son nom ne l'indique pas est une femme). Ce roman est fabuleux et original de par sa forme. Lionel Shriver à décidé de parler du couple, ses forces et ses faiblesses et des choix que l'on fait dans sa vie. Vous savez quand deux chemins s'offrent à vous, lequel choisir. C'est ce qui arrive à Irina après sa soirée avec Ramsey, un ami de son compagnon Lawrence, vers lequel elle est attirée. Céder à la tentation ou laisser passer sa chance. Lionel Shriver nous dépeint les même situations à travers le double choix d'Irina. Et elle nous donne une vision des mêmes évènements sous deux angles différents, celui où Irina choisi de rester avec Lawrence et l'autre où elle décide de céder à la tentation et de refaire sa vie avec Ramsey.

Et j'ai beaucoup aimé lire ce livre passant d'une vision à une autre: je me demandais à chaque fois comment les évènements que je lisais allait être interprété dans l'autre situation. J'ai détesté Ramsey (dans le choix d'Irina de devenir sa femme) que j'ai trouvé égoïste, brutal, ne pensant qu'à son petit confort et allant jusqu'à mépriser Irina quand elle a du succès avec son livre, j'ai détesté sa jalousie maladive envers Lawrence, le faisant payer cher à Irina. J'ai beaucoup aimé la relation entre Lawrence et Irina après que cette dernière l'a quitté, très fair- play et qui voulait garder un contact avec elle.
Mais j'ai détesté Lawrence et apprécié Ramsey dans la situation inverse. Cette dualité m'a plu car j'ai eu l'impression d'avoir ces réactions en fonction de la vision qu'en avait Irina.
Lionel Shriver nous emporte dans un tango se dansant à trois personnages: Ramsey, Irina et Lawrence (les autres personnages secondaires ne faisant que passer), et le coup de théâtre à la fin est bluffant. J'ai essayé d'imaginer comment le roman se terminerait, me demandant si tout ce roman n'était qu'une extrapolation et qu'on allait revenir au moment fatidique. Et j'ai été très surpris. En nous racontant les deux choix de vie d'Irina, Lionel Shriver nous donne une vision complète du couple, de la rencontre à la rupture éventuelle. Et le dernier chapitre est la synthèse du roman et sa conclusion. Il ne fait pas comme si tout ce qu'on n'avait lu était une supposition (le fameux "et si") mais inclue les deux histoires d'amour d'Irina,ses deux choix, laissant la possibilité au lecteur de choisir sa propre vision du couple et l'histoire d'amour d'Irina qu'il préfère. Pour tout vous dire,mon choix a été de ne pas en faire car pour moi les deux histoires se complètent.
C'est même un livre qu'on peut relire sous un autre angle, en ne lisant qu'une seule histoire, nous donnant l'impression de lire un autre roman.

Deux romans en un, et que ces deux romans tiennent la route sans fausse note jusqu'à sa conclusion, est un exercice compliqué que Lionel Shriver à réussi haut la main avec La double vie d'Irina. Et j'adhère complètement.Ce livre me donne même envie de savoir comment l'auteur à écrit ce roman, l'a t-elle écrit une histoire après l'autre ou linéairement. Je me pose la question.

Je suis curieux de lire un autre livre de cet auteur. Et ça tombe bien puisque les éditions Belfond m'ont aussi envoyé le dernier roman de Lionel Shriver "Double Faute" (en même temps que celui ci).

Je remercie donc les Editions Belfond et Livraddict pour ce partenariat.

Lionel Shriver: La double vie d'Irina (The post-birthday world), J'ai lu, 670 pages, 2009

vendredi 17 décembre 2010

Deux jeunes qui en veulent!




Synopsis: Bubu et Toufik sont les prochains Steve Jobs et Bill Gates. En tout cas ils y croient dur comme fer. Il ne leur reste plus qu'à en convaincre le reste du monde...

J'ai entendu parler de cette websérie il y a quelques jours en zappant par hasard sur Direct8. L'invitée de l'émission 24hpeople était Frédérique Bel, qui fait une apparition dans Plan Biz. Ils ont diffusé l'épisode où elle apparait et j'ai trouvé ça vraiment super.

Cette série est drôle, dans l'air du temps car les deux jeunes "héros" veulent monter leur propre boite et devenir les nouveaux Bill Gates.
C'est un format court (les épisodes font entre 2mn et 5mn) où les deux jeunes comédiens, Sami Seghir (vu dans "Neuilly sa mère" et l'excellent "Fractures") et Jerémy Denisty (vu dans "Nos jours heureux" et Neuilly sa mère" où il retrouvait Samy Seghir après "Big City") s'en donnent à coeur joie et m'ont fait beaucoup rire.

La première saison compte 12 épisodes et se termine par un petit suspense. Des guests stars viennent épaulés nos deux jeunes entrepreneurs comme Frédérique Bell, Jean-Baptiste Maunier, Christian Rauth (si je ne me suis pas trompé sinon, je m'en excuse) ou Eli Chouraqui.
Il y a des clins d'oeil télé et cinématographique comme l'épisode fait à la manière d'un reportage à la Capital (l'émission économique de M6) ou Inception for example.

C'est drôle, fun, sans prise de tête. Et on regarde ça avec plaisir.
Il est même murmuré que la websérie devienne une série pour la télé. Et peut être un film au cinéma. (Enfin pour le moment rien n'est fait).

Je vous laisse découvrir cette websérie par vous même.

Plan Biz
Le site de la série.

Plan Biz Facebook
Et ils sont même sur Facebook. Normal me direz-vous pour deux futurs milliardaires du web!


"Plan Biz" Episode 1 - Non d'Emprunt
envoyé par PlanBiz. - Gag, sketch et parodie humouristique en video.

Allez, en prime, je vous mets même le premier épisode. C'est cadeau! (C'est pas tous les jours Noël, profitons en!)

jeudi 16 décembre 2010

Inception ou une certaine interprétation des rêves




Synopsis: Dom Cobb est un voleur expérimenté – le meilleur qui soit dans l’art périlleux de l’extraction : sa spécialité consiste à s’approprier les secrets les plus précieux d’un individu, enfouis au plus profond de son subconscient, pendant qu’il rêve et que son esprit est particulièrement vulnérable. Très recherché pour ses talents dans l’univers trouble de l’espionnage industriel, Cobb est aussi devenu un fugitif traqué dans le monde entier qui a perdu tout ce qui lui est cher. Mais une ultime mission pourrait lui permettre de retrouver sa vie d’avant – à condition qu’il puisse accomplir l’impossible : l’inception. Au lieu de subtiliser un rêve, Cobb et son équipe doivent faire l’inverse : implanter une idée dans l’esprit d’un individu. S’ils y parviennent, il pourrait s’agir du crime parfait. Et pourtant, aussi méthodiques et doués soient-ils, rien n’aurait pu préparer Cobb et ses partenaires à un ennemi redoutable qui semble avoir systématiquement un coup d’avance sur eux. Un ennemi dont seul Cobb aurait pu soupçonner l’existence. (Source Allociné (comme souvent pour mes résumés de film)

J'entends parler de ce film depuis des mois que ce soit sur le net ou parmi mes connaissances. Je l'ai manqué au cinéma. Alors quand j'ai su qu'il allait sortir en DVD, je me suis précipité dessus. Pourtant, j'achète rarement les DVD à leur sortie (c'est souvent le prix qui me freine) préférant attendre quelques mois mais là,j'ai été pris d'une pulsion: je voulais voir ce film.

Ce film de Christopher Nolan (que j'apprécie énormément depuis que j'ai vu "Le Prestige" avec Jackman et Bale ou les deux "Batman"), que j'ai vu samedi soir est phénoménal. Un grand film. Tout est maitrisé du début à la fin, du scénario à la réalisation en passant par les acteurs.
Enfin, un film à grand spectacle intelligent. Il était temps! Souvent quand on me dit Blockbuster, je pense film à gros moyen dont le scénario tient sur un timbre poste. Là, ce n'est pas le cas, c'est même tout le contraire.

Alors, c'est vrai, c'est un film très complexe qui est difficile à comprendre et dans lequel on a du mal à rentrer durant la première demi-heure. Et pourtant, j'ai réussi à comprendre le film sans trop de problème (et je ne suis pas plus intelligent qu'un autre). Certes, je pense que je suis passé à côté de beaucoup de choses et plusieurs visionnages seront nécessaire pour comprendre et trouver toues les subtilités que comportent le film. Mais c'est souvent ce qui ressort dans les commentaires que j'entends et qui freine les gens, cette complexité. Je lisais souvent, dans les critiques, la difficulté de comprendre le film car on passait son temps à se poser mille questions. Et c'est ce qui me faisait peur. Alors j'ai décidé de ne pas chercher à comprendre où m'emmenait le film, à me poser des milliers de questions. Je me suis juste laissé guider en écoutant bien ce que j'entendais et en regardant les images. Alors, bien sûr les 30 premières minutes du film nous embrouillent un peu mais le film démarre réellement au bout de 45 minutes (à peu près) après cette première demi-heure où Dom, le perso principal du film (formidablement interprété par Leo DiCaprio) nous donne toutes les explications nécessaires pour comprendre la suite, nous parlant du fonctionnement des rêves et le travail qu'il effectue.

Les acteurs du film sont tous très bien choisi et pour certain, viennent plutôt du cinéma indépendant, comme Ellen Page vu dans Juno ou Joseph Gordon Levitt vu dans 500 days of summer: tous les deux vraiment très bien dans leur rôle (j'ai adoré retrouvé Jospeh Gordon Levitt dans un rôle très différent du film précédemment cité). Il y a bien sûr Leonardo DiCaprio qui s'améliore de film en film je trouve (et qui enchaîne les bons films ces dernières années), toujours aussi impeccable, Tom Berenger et Michael Caine qui n'ont plus rien à prouver. Et que dire de Marion Cotillard à part qu'elle interprète son rôle avec conviction et passion. Je n'aime pas beaucoup cette actrice, ne me demandez pas pourquoi, mais je ne peux pas nier que c'est une actrice qui s'investit complètement dans ce qu'elle fait et qui donne une certaine touche d'émotion et d'épaisseur au film. Les scènes où elle apparait sont souvent celles qui m'ont le plus ému.

Avec ce film, Christopher Nolan rajoute une pierre à l'édifice qu'il se construit dans le panthéon des grands réalisateurs. Inception est un très grand film qui s'inspire et fait des petits clins d'oeil au cinéma de Hold-Up, des James Bond ou de Matrix en réussissant à avoir son identité propre. Et c'est également un film qui fait réfléchir par la suite sur l'interprétation de nos rêves. Car il est vrai que je me suis souvent posé des questions sur les rêves que je fais.

Nous vivons tous une autre vie dans nos rêves: Christopher Nolan nous montre juste son interprétation du monde des rêves et fait admirablement fonctionner son imaginaire et le nôtre.

Un film à voir absolument.

Vous ne penserez plus à vos rêves de la même façon après ce film.

mercredi 15 décembre 2010

Une surprise pour Noël

En ces périodes de fêtes où tout le monde court partout afin de trouver de quoi mettre dans les chaussettes où sous le sapin, une petite pause au restaurant d'un centre commercial est bienvenu.
Mais imaginez que bien gentiment attablé en train de vous reposer de vos courses frénétiques, une femme se lève, un portable collé à l'oreille et commence à entonner Hallelujah de Haendel. Surprenant n'est ce pas. Vous vous dites alors que cette femme est un peu zinzin (et vous auriez raison, je penserai aussi la même chose) mais voilà qu'un homme se lève et monte sur sa chaise pour la suivre dans ce chant de sa voix lyrique.

Et je vous laisse profiter de la suite. Attendez-vous à être surpris.



Une initiative très originale et bienvenue en ces périodes de fêtes.

dimanche 12 décembre 2010

Une partie de cluedo, ça vous dis?


Résumé: Du fond de son fauteuil où elle se tient très droite tandis que ses mains tricotent, une vieille demoiselle pleine de malice écoute ses amis - un colonel et un haut fonctionnaire de Scotland Yard, tous deux à la retraite, un vieux pasteur et un médecin plein d'expérience, une charmante actrice, son neveu Raymond, écrivain, Joyce Lemprerière - raconter treize étranges histoires dans lesquelles se glisse l'ombre d'un criminel inconnu.
Et miss Marple le découvre toujours, ce criminel, parce qu'elle a beaucoup observé les petites gens de son village et que la nature humaine est partout la même dit-elle... Miss Marple est bien trop modeste !


Mon avis: Je ne vais pas y aller par quatre chemins, et je ne vais pas faire dans l'originalité en affirmant que j'ai adoré ces nouvelles.
D'abord paru dans la presse, ces nouvelles mettent pour la première fois en scène Miss Marple, cette vieille demoiselle qu'Agatha à tellement aimé qu'elle en a fait un de ses enquêteurs attitré les plus célèbres. Ces nouvelles ont alors été publié sous forme de recueil.

J'ai aimé (re)faire la connaissance de Miss Marple et des habitants de St Mary Mead, ce petit village où il se passe toujours quelques chose.
Ce recueil se découpe en deux parties distinctes (d'ailleurs il a été publié en France en deux volumes: "Miss Marple au club du Mardi" et "Le club du Mardi continue"). D'ailleurs à partir de la 7e histoire, les personnages changent: exit Raymond West, le neveu de Jane Marple et les autres protagonistes, place aux Bantry, au Dr Lloyd et à Jane Helier. Seuls Miss Marple et Sir Henry Clithering restent pour cette deuxième partie.

Bon, je dois quand même avouer une petite chose, je n'aime pas trop les nouvelles en général, de par leur brièveté. A peine commencée, déjà fini. On a pas le temps de s'attacher aux personnages. Ce qui fait l'originalité de ces nouvelles, c'est leur continuité. Certes, le problème criminel est résolu à la fin de la nouvelle mais les personnages racontant ces histoires restent et on peut s'attacher à eux.
Ce que j'ai également aimé, c'est la façon dont le club se met en place: qui ne s'est jamais réuni autour d'une table, ou d'un bon feu, à se raconter des histoires et à vouloir résoudre des mystères. Et la force de ce recueil, c'est que Agatha Christie nous invite à y participer au même titre que ces personnages. Et je me suis pris au jeu, à vouloir résoudre ces histoires criminelles, où les poisons, les duperies, les tromperies, les superstitions (comme dans l'histoire du géranium Bleu) ou les légendes sur les galions espagnols (comme dans Les lingots d'or) nous font nous interroger. Et nous font passer un agréable moment. bon, je dois l'avouer, je ne suis pas arrivé à retrouver les coupables, sauf une fois où j'ai vu juste mais où je n'avais pas le mobile.Ça m'arrive souvent de retrouver soit le meurtrier, soit le mobile mais jamais les deux, quand je lis un roman policier.

Encore une fois, j'ai pris du plaisir à retrouver Agatha Christie, qui accompagne agréablement les soirées d'hiver. Que du bonheur, de retrouver Miss Marple, que j'adore, et St Mary Mead, ce charmant village où la nature humaine resort souvent avec noirceur. Car même dans les petits villages, il se passe des choses étranges et mystérieuses.


si gentiment organisé par George

Agatha Christie: Miss Marple au club du Mardi ( The Thirteen Problems), Hachette collections, 286 pages, 2006

Wicked game

Le slow qui tue de la semaine est un slow très sensuel je trouve. Et le clip est là pour le confirmer:

Chris Isaak: Wicked game


Chris Isaak - Wicked Game par djoik

J'adore la voix de Chris Isaak. Fabuleux!

Bonne écoute!

jeudi 9 décembre 2010

My fair Lady




Il y a quelques jours, je vous parlais de ma lecture de Pygmalion, la pièce de théâtre de Bernard Shaw qui a été adapté à Broadway il y a des années avant de devenir un film réalisé par George Cukor avec Audrey Hepburn.

Le théâtre du Châtelet à pris l'habitude de faire venir des troupes de comédies musicales devenues des classiques: il y a eu "Grease", "West side Story" et bien d'autres.
Ce mois ci (du 9 décembre 2010 au 2 janvier 2011), c'est "My Fair Lady" qui sera à l'honneur!

Malheureusement, je ne pense pas que je pourrais m'y rendre n'habitant pas à Paris. Sniff! Mais pour tous ceux qui peuvent y aller n'hésitez pas.

Le lien sur ce musical: My Fair Lady. (ça donne envie!)

Un concours de circonstance


Résumé: Chef des cuisines de l'hôtel Imperial, un palace plus vraiment à la hauteur de sa splendeur d'antan, Gabriel I.ightfoot doit composer chaque jour avec une équipe cosmopolite et chahuteuse, une petite amie chanteuse qui se pose des questions sur leur relation et un père malade qui lui laisse des messages aussi laconiques que culpabilisants sur son répondeur. Une mort va faire voler en éclats son fragile équilibre : le corps d'un des plongeurs est retrouvé dans les sous-sols du restaurant. Une mort solitaire, anonyme, parmi ces travailleurs immigrés interchangeables. Soudain, Gabriel prend conscience que ses cuisines cachent bien des secrets : trafics en tous genres, prostitution, chantages, violence quotidienne... Surgit Lena, une fille de l'Est, mystérieusement liée à la mort du plongeur. Irrésistiblement attiré par cette femme en perdition, Gabriel va prendre une décision qui remettra en question tout ce en quoi il avait cru jusqu'ici...

Mon avis: Je viens de terminer ce livre à l'instant et en refermant ce livre, j'ai poussé un soupir de soulagement. Ma lecture a été laborieuse par moments. Les nombreuses coquilles du livre y sont surement pour quelque chose. Je n'en ai jamais vu autant dans un livre, il devrait faire attention à ça la prochaine fois. Une relecture ça ne fait pas de mal de temps en temps avant la publication.
Pourtant, le sujet était intéressant et intriguant. Je m'attendais à lire un livre à suspense après la découverte de ce corps sans vie découvert dans les catacombes de la cuisine de l'Impérial. Mais l'auteur est parti dans plusieurs directions en même temps, parlant d'immigration, d'esclavage moderne (sujet qui m'intéresse au demeurant), de ce melting pot culturel qui se trouve dans cette cuisine, du cancer du père de Gabriel, de ces souvenirs d'enfance... Trop d'informations qui à la longue m'ont un peu perdu.
Les seuls moments qui m'ont passionnés sont ceux qui se passaient dans la cuisine de l'Impérial. Voir l'envers du décor d'une cuisine d'un grand restaurant était très intéressant.

Ce qui a également gâché ma lecture fut le caractère et le comportement de Gabriel que je trouvais de plus en plus inssuppportable: égoïste, égocentrique, coléreux par moment, plaintif.. Ces nombreux défauts me l'ont rendu antipathique: ce qui est gênant pour un personnage central de roman dont l'histoire ne tourne qu'autour de lui. Lena m'a aussi énervé, cette fille se foutant de tout, mis à part du fric qu'elle demande à Gabe. C'est une immigrée qui s'est retrouvée pris dans un système qui l'a broyée, certes. J'aurai dû la plaindre mais les seules fois où je la voyais, je n'avais qu'une envie c'était de la houspiller. Et je n'ai pas compris Gabriel quand il a commencé à s'occuper d'elle (et à s'enticher d'elle mettant en péril sa relation avec Charlie). J'ai aimé Charlie, la compagne de Gabe et j'ai été déçu et attristé par ce que lui faisait subir Gabriel. Quel con ce mec! Voilà je l'ai dit. Je sais c'est pas très poli mais c'est ce que j'ai ressenti plusieurs fois pour ce personnage.

Ce roman n'est pas mauvais, (sinon je ne serai pas allé au bout pour savoir comment ça se terminait), mais les nombreux sujets abordés (qui m'ont fait craindre que l'auteur en laisse certain sur le bord de la route mais non, chaque sujet trouve sa conclusion même si ils ne sont parfois que survolés),et un exemplaire rempli de coquilles qui n'ont pas aidé à sa lecture, font que je suis un peu déçu par ce dernier. Dommage.

Monica Ali: En cuisine (In the kitchen), Belfond, 625 pages, 2010

Un secret


Résumé: Souvent les enfants s'inventent une famille, une autre origine, d'autres parents. Le narrateur de ce livre, lui, s'est inventé un frère. Un frère aîné, plus beau, plus fort, qu'il évoque devant les copains de vacances, les étrangers, ceux qui ne le vérifieront pas...Et puis un jour, il découvre la vérité, impressionnante, terrifiante presque. Et c'est alors toute une histoire familiale, lourde, complexe, qu'il lui incombe de reconstituer. une histoire tragique qui le ramène aux temps de l'Holocauste, et des millions de disparus sur qui s'est abattue une chape de silence.


Mon avis: J'ai mis une semaine à me décider de faire un billet sur ce livre lu en une petite journée. Car j'ai voulu voir si le film allait me donner le même sentiment que le livre.
J'ai trouvé ce livre froid et impersonnel: le comble quand on sait qu'elle est tiré de souvenirs réels sur une période noire de l'histoire. Je n'ai pas été touché une seul minute par les personnages et par ce qu'ils vivaient. Le style de l'auteur est un peu "clinique", le narrateur ne m'a pas emporté avec lui parce que je l'ai trouvé en dehors de l'histoire, comme s'il n'était pas impliqué par tout ça.
Le secret dont parle l'histoire est trouvable très facilement et je n'ai pas été bouleversé par sa conclusion (et pourtant je suis facile à émouvoir). Ce n'est pas un mauvais livre et il plait apparemment aux jeunes lecteurs. Tant mieux mais pour moi je suis passé à côté.

Alors, j'ai regardé le film de Claude Miller avec Patrick Bruel, Cécile de France et Ludivine Sagnier entre autres. Je pensais que les images allaient me faire ressentir quelque chose mais en fait Claude Miller a été très fidèle au roman, en gardant cette froideur qu'il y avait dans le livre. Je n'ai pas été touché également par ce que je voyais. Les acteurs n'ont pas réussi à donner une vie propre à leurs personnages, comme s'ils étaient en dehors de ce qu'ils vivaient, comme des pantins dont on tire les fils pour leur faire jouer ce que l'on veut. J'ai trouvé que Patrick Bruel était un peu vieux pour le rôle de Maxime. Et les couples qu'ils formaient avec Cécile de France et Ludivine Sagnier n'étaient pas crédibles à cause de cette différence d'âge.
En regardant les bonus, j'ai vu la deuxième fin que le réalisateur avait tourné. Une fin très poétique et très belle. Claude Miller explique pourquoi il ne l'a pas gardé: elle lui semblait trop loin du ressenti du livre. Cette fin où l'on voit les deux femmes de la vie de Maxime se donnant la main près d'une piscine où leur deux garçons, François et Simon les rejoignent au bord étaient une image très belle et pleine de poésie. (je sais je me répète mais c'est ce que j'ai ressenti) et je trouve dommage de ne pas l'avoir gardé. Cela aurait donné un peu plus de vie au film.

Que ce soit le livre ou le film, je n'ai pas été ému une seule fois. Dommage car le sujet traité s'y prêtait. Tout ça par la faute d' un style trop psychanalytique pour raconter ce terrible drame.

Philippe Grimbert: Un secret, Le Livre de poche, 185 pages, 2004

dimanche 5 décembre 2010

Avant Calo, il y avait Charlie

Le slow qui tue de cette semaine se met au diapason de la sortie du premier best of de Calogero. Mais le slow que j'ai choisi n'est pas de la période Calogero, non, bien avant, quand mister Calo se faisait appeler Charlie (et qu'il avait de longs cheveux bouclés. Si si je vous assure!)et qu'il faisait partie d'un groupe formé avec son frère et un de leur cousin.

Voici:

Les Charts: Aime moi encore



Bonne écoute!

jeudi 2 décembre 2010

Destination inconnue


Résumé: Thomas Betterton s'est mystérieusement évaporé et les services secrets britanniques s'énervent parce que Mr Betterton est un savant atomiste : a-t-il été enlevé ou est-il passé volontairement au service d'une puissance étrangère ? On soupçonne fortement Mrs Betterton, bien qu'elle affirme ne rien savoir, de n'entreprendre un petit voyage que pour rejoindre son mari.
La logique consiste évidemment à la filer en douce. Hélas ! Mrs Betterton périt dans un accident d'avion. Hilary Craven, qui devait prendre le même avion, n'a qu'une idée : oublier la mort de sa fille Brenda, disparaître... Contactée par ceux qui veulent retrouver le savant disparu, elle acceptera d'usurper l'identité de l'épouse défunte...


Mon avis: Comme d'habitude, c'est un réel plaisir de retrouver la plume d'Agatha Christie.
Une fois n'est pas coutume, ce roman n'est pas un énième roman policier. On n'y voit aucunement ni Hercule Poirot, ni Jane Marple. Dame Agatha se lance dans le roman d'espionnage, et avec brio.

On fait la connaissance de Jessop, agent travaillant pour les services secrets britanniques qui recherche un scientifique renommé qui a disparu. Et il décide de filer Mrs Betterton sa femme, pour rechercher le dit scientifique. Sauf que cette dernière décède et voilà qu'entre en scène, la magnifique Hillary Craven. J'ai aimé cette rousse suicidaire qui décide finalement de partir à l'aventure et qui reprend goût à la vie peu à peu.

Je me suis laissé embarqué dans cette histoire nébuleuse au départ et qui me laissait un peu sur le bord du trottoir. Mais comme à son habitude, Agatha Christie aide le lecteur à s'y retrouver et à utiliser ses petites cellules grises. Sauf que chez moi, elles sont souvent au point mort et je me suis laissé balader dans cette histoire où j'allais de surprises en surprises. Je n'arrêtais pas de dire: "Non, ça c'est trop fort!"Et je n'ai pas vu venir la conclusion qui m'a laissé sans voix.

Encore une fois Agatha Christie m'a époustouflé. Et elle m'a emporté dans un Maroc où les mystères ne manquent pas. Et j'ai pris énormément de plaisir à la suivre dans cette destination inconnue.

Et c'est un bon départ pour le Challenge Agatha mis en place par George

Agatha Christie: Destination inconnue (Destination Unknown), Hachette collections, 302 pages, 2006

mercredi 1 décembre 2010

Résultats du concours (qui a fait flop)

Petit retour en arrière. Il y a une semaine, je fêtais les un an de mon blog. Et pour cela j'ai organisé un petit concours.
Alors, tout d'abord, j'aimerai vous remercier pour tous les gentils commentaires que vous m'avez laissé. Ça fait toujours plaisir. Et ça m'encourage à continuer cette petite aventure.

En ce qui concerne le concours, je n'ai pas eu de chance et je me suis senti un petit peu seul (celui qui n'a jamais été seul au moins une fois dans sa vie. Hem, Le Garou qui sommeille en moi vient de se réveiller. Je vais aller prendre l'antidote et je reviens!) En attendant, je vous laisse avec une petite chanson:



(L'auteur de ce billet reviens dans une minute, ne quittez pas. L'auteur de ce billet revient dans une minute, ne quittez pas... L'auteur de ce billet revient dans une minute, ne quittez pas... (c'est énervant hein?)

Me voilà de retour. je me sens mieux. Et une petite chanson des Beatles, ça fait toujours plaisir. (Celui qui me dit qu'il n'aime pas cette chanson n'est plus mon ami(e). Ah mais!


Avant cette petite interruption, je disais donc que mon petit concours n'a pas eu beaucoup de participant. (Mais il y en a eu).

Et la grande gagnante est.... Meryl!

Merci à toi d'avoir participé et encore bravo! (Envoie moi ton adresse à will.kabaretkulturel@yahoo.fr pour que je puisse t'envoyer les livres qu'il y avait à gagner).

(Je sais, j'avais dit dans le billet du concours qu'il y aurait trois gagnants mais puisque je n'ai eu qu'une seule participante et qu'elle a répondu juste à toutes les questions, c'est normal qu'elle reçoive les trois livres).

Les réponses aux questions:

Littérature: Rudolf Noureev
Musique: Careless Whisper: George Michael
Série: La famille Walker
Cinéma: Guillaume Canet
Autre: Le club des couineuses/couineurs

Encore bravo à la grande gagnante.
Et encore merci pour tous vos commentaires.

lundi 29 novembre 2010

Il était une fois...: ça commence toujours comme ça


Résumé: Dans les ténèbres profondes de la Forêt Noire, deux
frères vont s entre-déchirer...
Quand une indicible tragédie s abat sur leur famille de
ménestrels ambulants, ils se retrouvent livrés à
eux-mêmes et promis à une mort certaine. C est là, au
plus profond de la Forêt Noire, que Peter et son grand
frère Max seront confrontés à des forces maléfiques qui
les changeront à jamais. Ainsi débute l épopée de deux
frères ennemis.


Mon avis: Avec ce livre (reçu en partenariat avec
Les Éditions Bragelonne et Livraddict), je suis retombé en enfance. Il m'a rappelé tous les contes qu'on me lisait enfant. (D'ailleurs l'auteur à très bien retranscrit le conte du Joueur de flûte de Hamelin qui m'a rappelé de bons souvenirs)
L'auteur a réussi le tour de force de redonner sa fonction première au conte: des histoires inventés pour les grands enfants. (Il faut savoir que les contes de Grimm ou de Perrault ne sont pas des contes pour enfants à la base, mais des histoires effrayantes pour adultes que le temps et l'époque a progressivement édulcorée pour les enfants)

Ce roman est un très bel hommage rendu aux Frères Grimm. J'ai beaucoup aimé ce roman en général, malgré quelques passages qui m'ont moins passionnés: ceux se passant dans le monde réel. Ceux se passant en Allemagne et donnant tout son sens et sa sève au conte étaient passionnant.

Dès le début, l'auteur nous donne tous les codes du monde qu'il a inventé dans un premier chapitre de présentation. Et j'ai aimé l'idée que le monde des fables soit mêlé avec le monde réel que les Communs, (c'est à dire nous), ne voient pas. Et quelle surprise de retrouver beaucoup de créatures de contes comme Blanche Neige, maire adjoint de Fableville et marié au Grand Méchant loup (j'en ai eu les yeux écarquillés en apprenant ça), La Bête, shérif de Fableville et toujours avec La Belle.
En ce qui concerne les héros Peter & Max, bien entendu, j'ai été du côté de Peter, le gentil de l'histoire. Mais même si j'ai détesté Max au fur et à mesure que j'avançais dans le roman, j'ai compris son amertume devant la décision de son père de donner Givre à son petit frère plutôt qu'à lui l'ainé. (Peut être mon côté Frère ainé qui s'est réveillé en moi).

C'est un roman sombre,noir, bien écrit et surtout les personnages et paysages sont bien décrit, j'avais l'impression d'y être et de visualiser les choses.
Les illustrations au crayons sont très jolies et donne un cachet particulier au livre, nous rappelant au passage que ce roman est un dérivé d'un comics intitulé "Fables".
En revanche, la petite BD à la fin ne m'a pas plus emballé que ça, c'est trop rapide. Mais il est vrai que je ne suis pas très bande dessiné. Mais je pense qu'elle est plus là pour les fans du comics. Un petit bonus en somme.

Un roman jeunesse (ne lisez pas ce roman à vos chères têtes blondes, ils risqueraient d'en faire des cauchemars), (je dirais qu'à partir de 12 ans à peu près, un ado peu le lire) à découvrir qui remet au goût du jour les contes qui ont bercé notre enfance et nos peurs d'enfants également. Il nous rappelle que les contes sont avant tout des histoires pour adultes. Souvenez vous du film "Les Frères Grimm" avec Matt Damon & Heath Ledger. Vous ne laisseriez pas vos petits enfants devant. Il fait un peu peur pour des gamins ce film.

En conclusion, un roman rythmé, où l'on ne s'ennuie pas. Un véritable page-turner que l'on ne lâche qu'à la dernière page.

Merci aux Editions Bragelonne et à Livraddict pour ce partenariat.

Bill Willingham: Peter & Max (A Fables Novel), Bragelonne, 356 pages, 2010

dimanche 28 novembre 2010

A deux pas de ma rue: Thomas Pradeau

Il existe des hasards dans la vie qu'on remercie.
Et c'est un hasard que je voudrais remercier et vous faire découvrir. J'étais partie faire mes courses, comme tous les samedis et je me suis arrêté dans l'espace culturel du magasin, au rayon disque. Et un disque m'attire parmi les centaines qui peuplent le rayon. Il était tout seul et au mauvais endroit dans le rayon (dans les F alors que le nom du chanteur commence par P (Je sais c'est un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup). Je l'ai pris, l'ai retourné. J'ai regardé les titres qui m'attiraient tous et cette pochette en noir et blanc, façon Doisneau m'a fait de l'œil. Je l'ai reposé pour tout vous dire et suis parti faire mes petits achats.

Je suis sorti du magasin et suis parti faire un tour en centre ville, sauf que cet album ne me quittait pas. Je suis entré dans un magasin de disque et j'en suis ressorti avec le "précieux objet".



Je ne connaissais pas ce jeune chanteur de 25 ans, parisien de naissance, vivant à Montmartre depuis son enfance (Montmartre, mon quartier préféré de Paris) et on retrouve un peu de ce quartier dans ses chansons qui sont toutes à écouter. Les mélodies sont superbes et nous fait voyager dans le temps. On se croirait revenu au temps d'après-guerre, dans un quartier de Montmartre. Mais attention, ne croyez pas que ses chansons soient dépassées, elles sont intemporelles. Et elles rentrent dans la tête rapidement pour ne plus en sortir. Les textes sont magnifiques, toute en pudeur et en drôlerie. Elles émeuvent, elles rendent joyeux.

Laissez vous emporter par cet artiste. Si vous l'écoutez une fois, vous l'écouterez souvent et longtemps.
Chez moi, le disque tourne en boucle depuis hier. Et je ne m'en lasse pas.

Thomas Pradeau a été produit par les internautes grâce à My Major Company (comme le fameux Grégoire qui a son petit succès). Espérons qu'il en soit de même pour Thomas Pradeau. Il le mérite. (Petite précision: je ne fais pas parti de ses producteurs puisque je l'ai découvert hier. Je n'ai rien à gagner dans l'histoire. J'ai juste envie de vous faire partager ma joie et ma découverte. Comme à chaque fois)

Et pour poursuivre ce billet, quoi de mieux que quelques petits clips pour découvrir cet artiste


Interview exclusive de Thomas Pradeau
envoyé par MyMajorCompany. - Clip, interview et concert.

Tout d'abord une petite interview de Thomas qui nous parle de sa petite "aventure". Une petite présentation en somme.



Audrey (l'un des premier single de l'album) (où on voit tout le charme de Montmartre que j'aime beaucoup).


Thomas Pradeau - Le pays de Molière
envoyé par MyMajorCompany. - Clip, interview et concert.

Le pays de Molière (qui nous rappelle le Paris d'avant guerre. Une petite bulle de bonheur!)




Bain de mousse: Autre ambiance avec ce morceau.

Et il y en a tant d'autres dans l'album. Et je peux vous le dire, toutes les chansons sont magnifiques et c'est difficile de choisir. C'est rare qu'un album me plaise du début à la fin (et l'une de mes préférée est une petite surprise qui se trouve à la fin de l'album "Mademoiselle"), c'est le cas avec celui ci.

Bonne découverte! Je suis sûr que vous aussi vous craquerez!

Nothings compares 2 U

Je pense que vous aurez tout de suite reconnu le titre du Slow qui tue de cette semaine, en regardant le titre de ce billet.

Sinead O'Connor: Nothins compares 2 U


Sinéad O'Connor - Nothing Compares 2 U (1990) Video
envoyé par kleineeiszeit. - Regardez d'autres vidéos de musique.

Comment ai je pu attendre aussi longtemps pour inclure ce slow dans ma rubrique. J'adore cette chanson magnifique qui me fait frissonner à chaque écoute.

Bonne écoute, justement!

vendredi 26 novembre 2010

Pygmalion



Résumé: Pygmalion est, selon Ovide un sculpteur qui tombe amoureux d une statue d'ébène qu'il a lui-même créée. Vénus, la déesse de l'amour, est indulgente avec sa passion et rend la belle statue vivante. Pour Bernard Shaw, c'est le professeur Higgins qui incarne Pygmalion. Higgins n a pas besoin d'amour. Il se passionne pour les différences de classes et choisit la vendeuse de fleurs Eliza comme modèle. Grâce à une meilleure prononciation, le professeur pense en faire une dame de la société. L'essai réussit mais Eliza s'émancipe et prend sa revanche sur Higgins.


Mon avis: J'ai vu la pièce, il y a trois ans avec Barbara Shulz (dans le rôle d'Élisa Doolittle), et Nicolas Vaude (dans celui de Higgins) et j'avais passé plus de 2h30 de pur bonheur. Qu'est ce que j'ai pu rire devant ce classique. De plus, c'était la première fois que je voyais une pièce de théâtre jouée par des comédiens confirmés. Et j'ai trouvé que Barbara Shulz était parfaite dans le rôle de cette petite marchande de fleur, un rôle lourd à porter puisqu'il a été incarné à l'écran par la divine Audrey Hepburn dans "My Fair Lady" (qui traine dans ma DVDthèque quelque part). Et que dire de Nicolas Vaude, à part que je l'ai trouvé époustouflant dans un rôle tout de même assez éprouvant physiquement. C'est qu'il en dépense de l'énergie cet Higgins! En fait, la seule petite chose qui m'a fait tiquer dans cette pièce, c'est le petit gilet vert porté par Higgins à certains moments. On a pas idée de porter du VERT! sur scène. Quand on sait que la couleur à bannir chez les comédiens est le vert, surtout sur scène. Ne me demandez pas d'où viens cette superstition, je n'en sais rien. Je sais seulement que ça m'a fait tiquer.

J'ai adoré cette pièce et j'ai été agréablement surpris de trouver un exemplaire de cette pièce de George Bernard Shaw (écrite en 1912)chez un bouquiniste pour la modique somme de 2€. Et j'ai voulu me replonger dans cette atmosphère ces derniers jours. Et qu'est ce que j'ai bien fait. J'ai aimé retrouver ces personnages. Et qu'est ce que j'ai ri devant certaines répliques. Je me demande d'ailleurs si mes voisins ne m'ont pas prit pour un fou à rire tout seul. Par moments, je revivais certaines scènes que j'avais vu en live, il y a 3 ans. C'est vous dire comme cette pièce m'a marquée.
Alors, certes, il y a certaines différences entre la pièce écrite et celle que j'ai vu. Je pense surtout à quelques petites répliques ou scènes que je n'ai pas retrouvée comme les séances de travail. Et je me demande si la pièce que j'ai vu en 2007 ne s'est pas inspiré du film "My Fair Lady" (puisque le film apparemment diffère un peu de la pièce originale). Je verrai ça quand j'aurai vu le film.

Et à la fin de la pièce, l'auteur nous raconte le devenir des personnages après la fin de la pièce. Alors, j'ai lu cette partie en diagonale et pas entièrement car je n'aime pas qu'on me bride l'imagination. D'ailleurs, j'ai imaginé un autre avenir pour les personnages après avoir lu la pièce que ce que j'avais imaginé il y a 3 ans. On est changeant quelquefois.

En conclusion, cette pièce fut un régal à lire pendant ces deux petits jours. Et il me tarde de voir le film.

Je vous mets le lien sur une vidéo de la pièce avec Barbara Schulz et Nicolas Vaude (entre autres): Pygmalion

George Bernard Shaw: Pygmalion, Le livre de poche, 189 pages, 1967

mercredi 24 novembre 2010

A crime for the tea-time




Bon, je sais ce que j'avais dit. Non, je ne ferai pas de challenge, c'est pas fait pour moi, j'aime pas les contraintes...et gna-gna-gna...(oui, j'ai parfois un comportement gamin et j'assume! Na!). Et puis, tout comme le challenge New-York, je ne pouvais pas passer à côté de ce challenge proposé par George.

Car c'est grâce à la reine du crime que j'apprécie de lire des polars (anglais de préférence) et que cet amour à commencé en lisant "Les dix petits nègres". Fantabuleux! Et j'aimais bien son petit "slogan": "a crime for a christmas" (il me semble que c'est ça) puisqu'elle sortait un livre par an au moment de Noël. Et tous ses lecteurs attendaient avec impatience d'avoir ce petit crime de papier sous le sapin.

Et puis, de toute façon, c'est un challenge qui ne fera pas grossir la PAL puisque j'ai tous les romans policier de Dame Agatha dans ma bibliothèque.(J'ai même son autobiographie alors heu voilà quoi.) J'en ai lu une bonne partie, mais il m'en reste à découvrir et je ne serai pas contre à les relire de toute façon. Et dans l'ordre cette fois. Et en plus il y a pas de limite de temps pour ce challenge. J'adooooooooooooooooooooooooooooooore! (aaaaaaaaahhhhh Philippe Katherine sors de ce corps!!!!)
Hem, il est temps que j'aille me coucher moi. Je débloque un peu I think.

Encore merci à George d'avoir eu la bonne idée de ce challenge.

Vous reprendrez bien un peu de thé avec les scônes!

Un an d'ouverture: c'est la fête!




Je suis tout chose depuis ce matin. Imaginez vous que cela fait un an jour pour jour que ce kabaret so kulturel a ouvert ses portes. (Et pour l'occasion, j'ai décidé que le blog ferait peau neuve. J'espère que vous aimerez la nouvelle présentation)
Honnêtement, en créant ce blog, je n'étais pas sûr qu'il soit encore là un an après. Car j'ai la fâcheuse habitude de commencer des choses mais de m'en lasser très vite. J'avais peur que ce soit le cas avec ce kabaret.
Mais non, il est encore ouvert et c'est un peu grâce à vous qui venez régulièrement me lire, me laissez quelques petits commentaires. Je suis très heureux de faire partie de cette petite blogosphère et des rencontres (encore virtuelles mais qui se matérialiseront peut être un jour qui sait) que j'ai faite au long de cette année.

C'est aussi grâce à vous que j'ai retrouvé le goût de lire régulièrement. Je n'ai jamais autant lu que cette année, c'est vous dire.
En regardant les messages les plus consultés, j'ai eu une grande surprise: les deux premiers billets ne sont pas littéraires mais cinématographique et séries télévisées. Ce qui me met également en joie car je me rend compte que vous aimez la diversité culturel de mon blog. Et j'essaierai à l'avenir de garder cette diversité.

Donc, un grand merci à vous qui venez me lire et qui appréciez ce que je vous propose.

Et pour vous remercier encore plus, j'ai décidé d'organiser un petit concours.
L'objectif est simple: il vous suffit de répondre aux 5 questions qui vont suivre (et qui concerne les thèmes de mon blog à savoir la littérature, le cinéma et les séries). Pour vous aidez, toutes les réponses sont sur mon blog. Il suffit de faire quelques petites recherches (faciles, je vous rassure).

Et qui dit concours, dit petits cadeaux à la clé. Et ces cadeaux sont au nombre de trois.Trois romans qui furent des coups de coeur de cette première année bloguesque:

Deux hommes, George et Lennie, marchent vers le ranch où ils vont travailler pour gagner un peu de pèze. L'un est petit, hable et travailleur, l'autre est grand, massif avec un mental enfantin. George prend soin de Lennie et tout se passe bien jusqu'à ce qu'une femme fasse tout basculer.








En 1944, dans un hopital soviétique, Rudik, six ans, danse pour son premier public: aucun soldat mutilés n'oubliera cet instant éblouissant. Dès lors ce fils de paysan sait. Il sait qu'il ne reculera devant rien: mentir à sa mère, braver la colère du père, endurer brimades et humiliations. Pour danser comme il le doit, il ira jusqu'à s'exiler à jamais.
Travailleur acharné, obsédé de beauté et de perfection, Rudik fascinera tous ceux qui croiseront sa route, leur offrant le sentiment d'avoir côtoyé un ange ou un démon, un vrai génie, un monstre de sexe et d'excès.





Eté 2004 : Orchid Street est en train de changer. Ariel May et son mari juste arrivés du Minnesota essaient de prendre la mesure de leur nouvelle ville. Depuis sa véranda, Philomenia Beauregard observe ses nouveaux voisins, les Gupta, originaires d'Inde, qui emménagent dans l'une des plus grandes maisons. De l'autre côté de la rue, un adolescent noir vient de sortir de maison de correction. Plus loin, Cerise Brown espère juste finir ses jours tranquillement. Mais un incident va venir perturber le calme apparent de ce quartier et tandis que l'ouragan destructeur s'annonce au loin, de nouvelles tensions apparaissent, des relations évoluent et le destin de ces familles bascule, pour le meilleur ou pour le pire.


Pour participez rien de plus simple: il faut que je vous connaisse ou que vous ayez lassé des commentaires sur ce blog. Vous enverrez vos réponses à cette adresse: will.kabaretkulturel@yahoo.fr

Le concours est ouvert jusqu'au lundi 29 novembre 2010 midi.
Après tirage au sort, je donnerai les résultats et les noms des gagnants le Mercredi 1er décembre 2010.

Si vous participez au concours, dites le moi en commentaire dans ce billet ainsi que le ou les romans que vous voudriez recevoir (vous pouvez en choisir plusieurs bien entendu, mais il n'y aura qu'un seul gagnant par livres. si votre choix se porte sur les trois livres par exemple, donnez les dans l'ordre de préférence. Ce qui vous fera trois chances d'être tiré au sort.).
J'espère que j'ai été clair dans mes explications. Sinon, faites le moi savoir.

Et maintenant, passons aux questions:


Littérature: Quel danseur célèbre Colum McCann a mis en scène dans son roman Danseur?

Musique: Quel slow à inauguré la rubrique du Slow qui tue?

Série: Quelle famille a eu l'honneur de mon 100e billet sur le blog?

Cinéma: Quel acteur français est Mon Idole et m'a fait sortir mes petits mouchoirs dernièrement au cinéma?

Autre: De quel club a renommé "internationale" je fais parti, dont la devise est "Couino Ergo Sum"?

Bonne chance à tous!